Actualités

19.07.2012 – Brussels Waste Network – En route vers la deuxième phase !

Mis en place en 2010, le Brussels Waste Network clôture sur un bilan positif sa première vague d’actions. Les groupements d’entreprises et les gestionnaires de zone d’activité qui souhaitent participer à la deuxième vague d’actions sont invités à soumettre leurs projets d’ici le 15 octobre prochain.

Le 22 juin dernier, un petit déjeuner réunissait les principaux acteurs du Brussels Waste Network. À l’ordre du jour : esquisser le bilan de deux années bien remplies et lancer officiellement la deuxième phase d’appels à projets.

Un cadre réglementaire plus strict

Inscrite depuis de nombreuses années à l’agenda européen, la prévention et la gestion durable des déchets est aujourd’hui un objectif prioritaire pour Bruxelles. La nouvelle législation de la Région en matière de déchets, détaillée par Francis Radermaker, représentant le cabinet de la ministre Huytebroeck, et Françoise Bonnet, de Bruxelles –Environnement, reflète cette nouvelle ambition. Elle  prévoit notamment une obligation de tri pour les entreprises, la nécessité de souscrire un contrat d’enlèvement de déchets, ainsi qu’un impôt de 6 euros par tonne sur l’incinération des déchets. L’objectif poursuivi est clair : promouvoir la prévention et la gestion durable d’un maximum de déchets qui sont souvent des ressources.

Des initiatives efficaces

Mis en place dans le cadre d’un partenariat public-privé (Bruxelles-Environnement-BECI) et coordonné par BECI, le Brussels Waste Network (BWN) est un vaste programme d’information et de coordination d’initiatives en matière de gestion des déchets dans la région bruxelloise. « Tout est parti d’un constat », explique Géraldine Verwilghen, coordinatrice du projet chez BECI. « Il est inutile et contreproductif de réinventer la roue : le partage d’expériences entre entreprises et la mise à disposition de conseillers est la meilleure manière d’aider les entreprises à satisfaire à leurs nouvelles obligations sans faire exploser leurs coûts. » De nombreuses entreprises se sont ainsi regroupées en réseaux apprenants afin de mener ensemble différentes initiatives. Agoria, par exemple, a piloté une initiative regroupant 14 grandes entreprises bruxelloises. « L’objectif était d’apprendre non seulement à mieux gérer les déchets mais aussi à mener en amont une politique destinée à les diminuer autant que possible », explique Frank Van Audenaerde, coordinateur du projet. Les entreprises participantes ont échangé leurs savoirs et fait part des résultats des différentes expériences qu’elles ont menées. Un échange basé sur des études chiffrées : « mesurer, c’est savoir », insiste-t-il. « L’organisation par ateliers orientés sur des thèmes précis, avec un temps de présentation limité et un accent sur les débats, a permis de maximiser l’efficacité de nos initiatives ».

Un constat partagé par Febelgra, la fédération de l’industrie graphique, qui a mené un projet similaire regroupant une dizaine d’imprimeries bruxelloises. « Cette initiative n’a pas seulement contribué à réduire le volume de déchets », constate Dennis Geelen, de Febelgra. « Elle a aussi permis à certaines entreprises de faire des économies substantielles ! »

Nouvel appel à projet

Lancée officiellement lors du petit déjeuner du 22 juin, la nouvelle phase de projets du Brussels Waste Network s’étendra sur les deux prochaines années. Les fédérations professionnelles, groupements d’entreprises et gestionnaires de site ont jusqu’au 15 octobre prochain pour soumettre de nouveaux projets. Ces derniers bénéficieront d’un cofinancement de la Région qui peut aller jusqu’ à 65% du coût du projet, avec un maximum de 25.000 EUR par projet. BECI assurera en outre un accompagnement des gestionnaires de projet, depuis la constitution du dossier de candidature jusqu’à la fin de leur projet. « Pour plus de renseignements, les entreprises intéressées peuvent se connecter sur le site internet www.brusselswastenetwork.eu ou m’envoyer un mail à gv@beci.be », conclut Géraldine Verwilghen. Souhaitons à cette nouvelle initiative autant de succès que la première !